sans_titre48

Depuis quelques temps en effet, je me sens pas dans mon assiette. Je suis dans ma 81ème année et ça commence à faire un bail que je roule ma bosse dans ce désert comme le bousier qui roule sa bouse. Ca commence à se déglinguer d'un peu partout la mécanique. D'abord, il y a ces migraines. Je fais ce que je peux pour les cacher, mais elles deviennent de plus en plus fréquentes et de plus en plus douloureuses. Si bien que parfois, je me surprends à me tenir la tête à deux mains en priant le ciel pour que ça cesse.  Aux questions qu'on me pose, je réponds d'un air détaché
-J'ai la migraine, comme une gonzesse ! Et j'arrive à les faire rire.
-Sacré Max, t'as la migraine et les vapeurs, c'est pour bientôt ? J'admets
-Oui, Sapho tu as raison. J'ai l'air de me plaindre comme une femmelette, la vieillesse, ça me vaut rien.

sans_titre119

Jeanne est bien la seule qui s'inquiète vraiment à mon sujet.
-Qu'est-ce que j'apprends ? T'as des migraines, depuis quand ça a commencé ? Je ne voudrais pas qu'elle s'affole
-Bah, ça me prend de temps en temps, mais c'est rien de bien méchant. Elle n'est pas dupe
-Avec ça que c'est ton genre de gémir pour un petit bobo. Maxou, tu n'es pas raisonnable, tu devrais voir un médecin. Ca jamais !  Moi, les médecins je ne peux pas les voir en peinture. Est-ce qu'ils ont jamais empêché quelqu'un de mourir ? J'esquive habilement le sujet
-Mais non, c'est rien, un peu d'arthrose, j'ai les cervicales qui débloquent. Tu sais ce qui me ferait du bien ? Un petit massage, comme tu les fais si bien. Elle ne demande qu'à me contenter
-Fallait le dire, que ce que tu voulais, c'était juste te faire dorloter !

sans_titre218

Les bruits vont vite dans cette maison, et je crois que personne n'est dupe. C'est à qui en rajoutera pour faire mes quatre volontés. Ils sont après moi comme des mouches.
-Qu'est-ce que tu veux pour ton dîner ? du chili ou des hamburgers ? Ca c'est Hélios, il a toujours pas compris que moi, la cuisine que je préfère c'est pas les sandwiches au pain de mie ou les haricots brûle-gosier.
-Mais, non, je sais bien ce qu'il faut lui faire : un homard à la française !  Je vais lui en préparer un petit, il m'en donnera des nouvelles. Ca c'est ma Jeanne. Je lui lance un regard reconnaissant.
-Nous on a rien que des 20/20, et on a eu des promotions, on sera toutes des petits génies. Dis-le Max que ça te fait plaisir !  Je confirme
-Rien ne saurait me faire plus plaisir les filles ! Si j'avais été moins borné, il y a longtemps que je leur aurai donné le feu vert. Mais il faut dire que quand je m'y mets, je suis plus têtu qu'une bourrique. A présent, je crains un peu que leurs efforts, aient pris un sacré train de retard.

sans_titre312

Y a que Séphora qui ne participe pas aux séances de maternage. Elle vit sur son petit nuage, le coeur coincé entre deux mecs.
-Fichez lui la paix à la fin !  Vous voyez pas qu'il en profite !  Il est solide comme un roc, vous verrez qu'ils nous enterrera tous. A elle, j'ai osé demander dans le plus grand secret
-Séphora, avec ton labo, tu pourrais pas me fabriquer un petit remède pour mes migraines ?
-Bien sûr papa, j'y vais tout de suite, je te ramène de l'aspirine. Et elle est allée préparer le remède miracle sans même prendre le temps de passer un déshabillé. De l'aspirine !  Pourquoi pas des boules de gomme ? Enfin, si ça me fait pas de bien, ça ne me fera toujours pas de mal.

sans_titre49

Jeanne tient une forme du tonnerre. C'est vrai que 10 ans de différence, quand on est jeune, ça ne compte pas, mais à nos âges... Elle n'arrête pas de me harceler à réclamer des petits bisous. Le petit bisou, c'est que le hors-d'oeuvre, ça se transforme vite en baîser, langoureux ou passionné et le dessert on le prend au lit.  Je rassemble mes dernières forces pour lui prouver que là au moins, je sais encore tenir ma place. Même si les préliminaires remplacent souvent le passage à l'acte.

sans_titre50

Mais faut la suivre, elle se rend pas compte !  Après le lit, elle voudrait bien recommencer dans le jaccuzi. Moi je peux plus, une fois par jour et j'ai donné mon maximum. Il faudrait trouver une doublure comme on en voit au cinéma. Je lui propose
-Tu préfèrerais pas un petit slow en amoureux comme dans le temps ? Mal m'en a pris, elle ce qui la branche, maintenant c'est le hip-hop
-Allez, Maxou, un petit effort, c'est bon pour la ligne tu verras ! La ligne, tu parles !  Pas la ligne de vie en tous cas.

sans_titre121

J'ai le dos coincé et dans ma tête, je sens que c'est prêt à exploser. Jeanne a fini par s'en rendre compte.
-Ca n'a pas l'air d'aller, dis-moi.
-Mais si, ça va, t'inquiète pas. Tu sais ce que je pense ?
-Tu voudrais qu'on aille dans la chambre ? SURTOUT PAS !!!
-Non, là, tout de suite, je voudrais encore t'embrasser, et surtout te dire... Ben voilà, je t'aime ma Jeanne, et j'ai jamais aimé que toi. J'ai pas toujours été très tendre, et j'ai pas pris le temps de le dire. Mais faut que ça sorte. Je t'aime plus que tout, tu es ma vie, ou ce qu'il en reste, et si je venais à disparaître...
-MAX !
-Laisse-moi parler !  Si je venais à disparaître, je veux que tu refasses ta vie. T'es pas faite pour rester seule. L'amour est ta raison de vivre. J'ai essayé de te combler, mais quand je serai plus là... sois heureuse Jeanne, et pense à moi, même si c'est dans d'autres bras.

sans_titre120

Je savais qu'elle protesterait, mais la faucheuse s'est ramenée pour lui couper l'herbe sous le pied.
-Max !  C'est l'heure ! Fais tes bagages ! Je t'emmène dans un monde meilleur, dit-elle en me tendant la ciguë présentée comme un verre de punch. Les deux sirènes qui l'accompagnent se sont mises à se trémousser comme des diablesses, essayant de m'émoustiller.
-Laissez tomber, c'est peine perdue ! Là où je vais, y a de la lecture ? On peut encore se cultiver ?
-Tu ne connais pas l'autre monde, t'auras plein de choses à découvrir, m'a dit le squelette d'une voix rauque.
-Alors, je vous suis sans regret. Adieu ma poule, je t'ai bien aimée. N'aies pas peur, je t'abandonne pas, mon esprit reste avec toi. Fais moi construire une belle tombe dans mon désert. Pas du béton, hein !  du platine, je crois que ça vaut tout l'or du monde.

sans_titre219

Pleure pas ma poule, tu te fais du mal.
Embrasse bien les enfants pour moi.

sans_titre54

C'est fou ce que les gens aiment à se créer des complications. Le grand sujet de conversation depuis ma disparition, ce qui suscite toutes les discussions, c'est : faut-il porter le deuil ou pas ?
- Max n'aurait pas voulu de ça, assurait Sapho
-Ah, bien sûr, toi, t'en as rien à faire, tu t'habilles toujours en noir. On verrait pas la différence !  rétorqua Galatée, mais moi, quand même, ma jupe jaune... ça fait pas un peu fête ?
-J'ai toujours détesté le jaune, informa Hermione, mais si tu vas par là, mamounette avec son pull rouge, elle fait pas tellement veuve non plus. Tous les regards se braquèrent sur Jeanne qui ne disait mot, toute plongée dans ses pensées.
-Vous allez pas commencer à l'embêter avec ça !  Je peux vous dire que Max, il en aurait rien à battre qu'on porte le deuil ou pas. Vous savez ce qu'il dirait ? Il dirait : du moment que vous vous balladez pas à poil, c'est pas l'habit qui fait le moine. Je dirais surtout : Vous trouvez qu'on n'en a pas déjà eu pour assez cher de fringues ? Vous allez arrêter de bouffer la grenouille, oui !

sans_titre122

Séphora ne partageait pas l'intérêt général, faut toujours qu'elle se distingue
-Au fait, il t'a laissé combien papa ? Parce que moi, 26 000$, je trouve que c'est un peu léger.
-Pourquoi, t'as l'intention de te barrer ?
-Bah, j'y avais bien un peu pensé, mais qu'est-ce que tu veux faire avec si peu ? Hein maman, il t'a laissé combien ?
-Je sais pas trop, dans les 60 000$ je crois. Pourquoi ?
-Non, pour rien. Jeanne, Jeanne, tu l'entends pas la calculette qui fait les comptes ?

sans_titre221

Heureusement que ses filles ne tiennent pas d'elle. Faudrait peut-être que je révise mon jugement sur leur paternel. Il doit pas être si mal que ça au fond, c'est vrai qu'il se fait rare depuis quelques temps le Paco. Bonjour, au revoir, quand il vient nous distribuer ses cochonneries d'impôts, pas un mot de plus. Soit sa femme lui a fait une scène, soit il court la gueuse ailleurs. C'est Romuald qui le remplace, il est toujours fourré chez nous, et je peux vous dire que ça y va les crac-cracs avec Séphora. C'est leur façon de porter le deuil, mais j'en attendais pas moins d'eux. Bref, les petites, elles, elles s'inquiètent
-T'as vu mamounette, comme elle est triste, on dirait qu'elle ne souhaite qu'une chose, rejoindre Max le plus vite possible, a fait remarquer Kalliste
-T'as raison, t'as pas vu ? Elle passe toutes ses nuits sur une chaise longue à côté de la tombe. Faut faire quelque chose, oui mais quoi ?
-Faudrait qu'elle se trouve un amoureux, ça l'aiderait peut-être oublier.
-Un amoureux ? A son âge ?
-Ben, y a pas d'âge pour ça, à ce qu'il paraît, faudrait lui dénicher un vieux, un pas trop mal conservé tant qu'à faire
-T'en as vu beaucoup toi des vieux à Vipercanyon ? a judicieusement relevé Kalliste
-Ben non, c'est vrai, on voit que des jeunes. Ca c'est pas de chance ! Et allez donc !  Les vieux avec les vieux, les jeunes avec les jeunes, si c'est pas de l'ostracisme ça, je m'y connais pas !

sans_titre313

Et toi, ma poule, qu'est-ce que t'en dis ? T'en dis pas grand-chose à ce que je vois. A quoi tu penses ? Laisse-moi deviner, tu penses à toutes ces belles années que nous avons passées ensemble. Y en aura d'autres, va, t'inquiète pas, on se serrera dans le cercueil, et on aura l'éternité, l'éternité pour glandouiller.

sans_titre410

Parce que la faucheuse, entre nous, comme menteuse, on fait pas mieux. " T'auras des tas de choses à apprendre " qu'elle m'avait dit cette enfoirée. Tu parles si j'en ai vite fait le tour. Bon, ça c'était la bonne surprise, je continuais à exister, le néant, la vie de l'esprit, c'était pas de la foutaise. Mais pour le reste... fallait tout apprendre sur le tas -et quand je dis sur, je devrais dire sous. Si j'avais su, j'aurais demandé qu'on me glisse quelques bouquins dans mon cercueil, ça m'aurait toujours occupé.
Quoique, pour la lumière, c'est pas ça non plus, cette idée d'aller me coller une dalle de marbre sur la tombe. Et tout ça pour quoi ? Je vous le demande, pour y installer un pot de fleur. Ca fait ça de plus à arroser !  Bref, je vais pas m'étendre là-dessus, moi j'ai tout mon temps, mais pas vous. C'est que ça coûte cher la connection, je sais ce que c'est, va, c'est pas moi qui vous encouragerai à dépenser vos picaillons.
Oui, HO !  faut pas me pousser quand même, autrement je vous raconte plus rien !

sans_titre55

Les premiers jours, et les premières nuits aussi, -allez faire la différence dans le noir-, je me suis ennuyé comme un rat mort. La seule distraction que j'avais, c'est quand ils venaient me voir à chacun leur tour et que j'entendais les commentaires
-Pauvre Max, ou pauvre papa, ça dépendait de qui qui cause, tu nous manques, si tu savais... Hé, hé, tant mieux ! L'aurait plus manqué que ma mort soit passée comme une lettre à la Poste. Si t'avais seulement attendu un peu, t'aurais été content, les trois filles sont des petits génies. Mais JE SUIS content !  Qu'est-ce que vous croyez ? Allez, passons, d'autres nouvelles ?
-Papa, j'aurais tant aimé que tu sois là pour mon mariage, tu sais, Jacques ? L'employé du service de désinfection, on vient de se fiancer.

sans_titre56

Galatée va se marier ! Avec un PNJ en plus,. Ah, ça c'est une bonne nouvelle ! J'aurais bien aimé me sortir de ce fichu cercueil pour aller la féliciter. Surtout qu'elle a toujours aimé ça les félicitations Galatée. Mais bon sang, je suis coincé là. A me tortiller comme un beau diable, je sais pas comment j'ai fait, mais voilà que j'ai réalisé que je pouvais me déplacer. Quelle andouille ! Quand je pense que pendant des jours, j'étais resté bêtement allongé à me rouler les pouces dans le cercueil.

sans_titre123

J'arrive ma fille ! T'en fais pas, je m'en vais te féliciter. J'ai voltigé vers la maison, encore un truc que je savais pas, en ultrasim, j'avais l'habitude de voler comme une fusée supersonique, mais là, piam-piam, je me déplace comme si le vent me poussait au train. Bref, oui, je sais, la connection... j'arrive dans la salle de bain, la petite du bas, parce que faut pas croire, mais nous, des salles de bain, on en avait trois, deux en bas, une en...
Ca vous intéresse pas ce que je raconte ? Mais fallait le dire ! Où j'en étais ? Ouais, j'arrive dans la salle de bain, dans la salle d'eau, serait plus juste, et je m'approche pour qu'elle voit bien que j'étais là pour l'applaudir. Elle se met à hurler, je vous dis pas comment ça m'a foutu les boules. Et pourtant, je suis pas peureux, mais là c'était vraiment un cri... un cri à réveiller les morts.

sans_titre222

Comme j'avais rien de mieux à faire, je suis allé me ballader dans la maison. J'ai commencé par notre chambre. Ah, tout de même, mon portrait était toujours accroché au dessus du lit avec celui de Jeanne. Mais comme je me penchai vers elle pour l'embrasser, j'eus la surprise de découvrir qu'elle avait cédé sa place à Sapho. Où pouvait-elle bien être passée ?

sans_titre314

Je menai ma petite enquête, et j'ai fini par la trouver dans notre salle à manger/salon etc. Bon, tout allait pour le mieux, elle avait dû aller faire un petit tour dans la piscine, parce qu'elle était encore en maillot de bain. Elle a dû sentir ma présence, parce qu'elle s'est tournée vers moi et a appelé
-Max ? C'est toi Maxou ?
J'ai préféré me défiler, des fois qu'elle réagirait comme Galatée, c'était pas la peine de me montrer. D'ailleurs, Séphora s'est chargée de lui dire le fond de sa pensée
-Maman, arrête !  Tu sais bien que papa est mort, comment veux-tu qu'il te réponde ?
-J'ai dû rêver, a admit Jeanne. Je rêve aussi où il me semble que Séphora a pris du poids ? Je dirai même plus, vu la tenue, elle serait de nouveau enceinte, que ça m'étonnerait pas plus que ça. Elle aurait pas pu venir me le dire ? Ah, c'est vrai, pour elle les morts, c'est plus que de l'engrais pour les pâquerettes.

sans_titre411

La vie de macchabée, je vous dis pas comme c'est mortel. Toutes ces journées dans le cercueil en priant pour ne pas entendre une mouche voler. Parce que les mouches, ça pond des oeufs, et les oeufs de mouche, vous savez ce que ça donne... Heureusement que chez Dubagne, les gosses on les a dressés à la chasse aux mouches dès leur plus jeune âge. Dès qu'il y en a une qui vole au-dessus des assiettes, c'est le branle-bas de combat jusqu'à ce qu'elle disparaîsse.
Bon, côté mouche, je suis à peu près peinard, mais qu'est-ce que c'est long ces journées. En plus, les sorties de nuit, c'est quand elle veut la tête de mort. J'ai bien essayé de recommencer ma petite virée de l'autre soir, que nenni ! Vissé dans le cercueil, je suis, et jusqu'à quand, allez savoir. Heureusement que Jeanne m'oublie pas, elle vient me raconter les faits divers régulièrement. Remarquez, je devrais pas dire heureusement, parce que ma Jeanne qui a toujours été frileuse, a attrappé une espèce de bronchite qui ne présage rien de bon. Les nuits sont fraîches dans le désert, faut pas croire.

sans_titre57

Quand elle accouche, Séphora n'a pas pour habitude de faire ça dans la discrétion. Y avait pas de raison pour que ça change. Alors, elle a ameuté toute la maison pour la naissance de Jean-Pierre. Hé, oui, Jean-Pierre ! C'est un prénom pour un Dubagne ça ? Si j'avais été là, je vous prie de croire qu'elle aurait été avisée de se creuser un peu plus la cervelle. Mais je t'en fiche, personne n'a pipé ouf quand elle a annoncé fièrement la couleur. Les filles qui étaient rassemblées dans la salle de bain pour assister à l'évènement se sont mises à bêtifier
-Oh, qu'il est beau le petit Jean-Pierre, fais arrheu, arrheu, mon Jean-Pinou, ar-rheu, ar-rheu... Le Jean-Pinou en fait d'arrheu, il a poussé sa beuglante pour réclamer son premier biberon. Encore un qui promet de nous gâcher la vie, enfin quand je dis nous... moi je suis hors-jeu. Je sais pas si ça tient à Séphora ou à Romuald, mais leurs mômes, c'est des catastrophes. On en avait déjà eu un aperçu avec Hermès. On sait pas ce qu'il est devenu celui-là, je soupçonne Romuald de l'avoir refilé à l'assistante sociale quand il a vu le cadeau que c'était.

sans_titre124

Quand Jeanne m'a annoncé toute fiérotte : Demain Maxou, tu vas avoir une bonne surprise, j'étais aux anges. Ca m'a occupé l'esprit toute la sainte journée et la sacrée nuit à me demander qu'est-ce que ça pouvait bien être comme surprise. Je m'attendais à tout, mais pas ça ! Qui j'entends là qui fait semblant de se lamenter sur ma tombe en essuyant des larmes de crocodile ? Benjamin, le pique-assiette, le copain de jeunesse éternelle. Lui, il a dû faire comme Obélix, il s'est tapé toute la bombonne d'élixir de vie dans ses biberons. Il a pas pris une ride la vache ! 
-Alors, vieux Max -(c'est ça, insiste !)- t'as fermé boutique finalement. Et Jeanne, tu l'as abandonnée ? T'en fais pas mon vieux -(grrrrr !)- je vais m'occuper d'elle, je la laisserai pas toute seule.
Pourquoi ça me fait pas plaisir ? J'avais bien conseillé à Jeanne de pas se laisser mourir d'amour. Mais j'aurais préféré que mon remplaçant ait pas eu l'air de guetter la place de mon vivant. Fallait que ça tombe sur celui-là, et ben non, ça ne me plaît pas.

sans_titre223

Il y en a une autre dont les visites me font pas un plaisir immense, c'est la Cécile. Elle, quand elle vient soit-disant pleurer sur ma tombe, elle se contente d'un - Salut Max !  et elle se met à arroser les cactées. Chassez le naturel, il revient au galop. Sa conversation se résume à ça :
- Quelle chaleur !  Les plantes crèvent de soif, faut que je les arrose. Quand je pense que c'est ma future co-locataire j'en frémis déjà d'ennui.

sans_titre315

Oui, parce qu'il a pas désarmé le fiston. Il la cajôle sa Cécile pour qu'elle accepte de prendre patience. Remarquez, y a peu de chance pour qu'un autre lui pique la place. Elle doit pas avoir besoin des ses dix doigts pour compter les prétendants la Cécile, ils vont pas se battre pour ses beaux yeux. Encore que c'est peut-être ce qu'elle a de moins moche. Parce que les conseils de maquillage de Jeanne, y a longtemps qu'elle les a laissés aux oubliettes et qu'elle a ressorti son parfum préféré : Fumier de chez Sapue.
Mmmmm quand elle danse, bonjour l'odeur ! Faut qu'il soit blindé Hélios pour résister à l'envie de se boucher le nez. Mais vous le connaissez, lui, il connait les bonnes manières. Il lui fait sa cour à l'ancienne, tout dans la dentelle et la délicatesse. On dirait jamais à le voir qu'il ne pense qu'à la trucider.

sans_titre412

Il est pas trop content Hélios. Je me mets à sa place. Depuis le temps qu'il attend de faire sa collection de fantômes, il a mis les bouchées doubles pour chauffer la jardinière. Elle est là, toute prête à être cueillie, son emménagement ne fait plus l'ombre d'un doute, et voilà-t-il pas que Galatée vient lui jouer à "pousse-toi de là que je m'y mette".
-Ca y est, je me marie, Jacques est d'accord, on va faire ça le plus vite possible.
-Comment ça, le plus vite possible !  Et moi alors ? Quand est-ce que je vais pouvoir demander à Cécile de nous rejoindre ?
-Ca mon vieux, c'est pas mon problème, moi j'ai déjà tout préparé, j'ai acheté le gâteau, le champagne, j'ai lancé les invitations, il est pas question que je repousse. Et quand Galatée veut quelque chose, on serait bien avisé de faire ce qu'elle dit. Elle a été nommée juge de Vipercanyon, c'est vous dire si ses paroles sont prises en considération. Alors, Hélios, prends patience mon gars, pour l'enterrement de Cécile, faudra encore attendre un peu.

sans_titre58

Y a pas à dire, ça fait plaisir de pouvoir compter sur sa famille pour vous associer à ses moments de bonheur. Galatée a toujours été une bonne fille, elle en a encore donné la preuve en organisant son mariage à proximité de ma tombe.
-Comme ça, papa, si tu nous vois, tu sauras qu'on pense à toi. Ouais, j'ai vu, par les interstices de la dalle un peu mal scellée. J'ai vu que Jacques a l'air d'une bonne pâte, si elle m'avait fait le même coup qu'à lui, elle aurait toujours pu l'attendre sa bague au doigt. Figurez-vous, -ça s'invente pas des trucs pareils-, figurez-vous qu'au moment de prononcer le oui solennel, Galatée entend le klaxon de la voiture officielle qui l'emmène à son travail. Elle fait ni une, ni deux, elle dit
-Oui, oui, je te veux, finis sans moi, je peux pas rater le boulot, j'attends une promotion. Et elle saute dans la bagnole en plantant la noce et le pauvre Jacques qui se demande de qui de quoi.

sans_titre125

Jeanne qui écrasait une larme... -On se demande, les bonnes femmes, c'est quand même pas très logiques : Ce mariage elle en rêvait, et pour montrer sa joie, elle pleure. Allez comprendre ! Bref, elle s'empresse de se tamponner les yeux et elle invite tout le monde à aller porter un toast aux jeunes mariés. Jacques, à le regarder de plus près, c'est pas le gendre que j'aurais choisi. Une fois débarrassé de sa sulfateuse à cafards et de sa casquette, on voit bien qu'il a tout de la tête de singe. Je me demande la tronche des gosses. Parce qu'il a quand même ça de bien : Il rêve que de faire des gosses.
Question économies, on n'a pas encore fait l'affaire du siècle, 1 000 $ comme Romuald, pas un sou de plus. Vous direz avec 160 000 $, on n'est pas encore sur la paille. Mais quand même ! On pourrait espérer que les nouveaux-venus contribuent à faire grossir le magot.

sans_titre316

Heureusement que Galatée a décroché sa promotion, elle aurait eu bonne mine de pas l'avoir après le coup du mariage planté. C'est madame le sénateur maintenant qu'on l'appelle. Plus qu'un petit effort, et elle décrochera la mairie, son rêve. Je vous passe sous silence le cinéma qu'elle a fait en rentrant du boulot :
-C'est mouâ !  regardez mouâ, qu'est ce que vous dites de mouâ ? Moi, je lui aurais dit de se grouiller de grimper dans la limousine où le pauvre Jacques l'attendait depuis des heures. Mais est-ce qu'on m'a demandé mon avis à mouâ ?

sans_titre413

Vous allez voir comme elle est maligne Séphora. Sitôt la noce terminée, elle a même pas pris le temps d'enlever sa robe de demoiselle d'honneur et elle est allée trouver Jeanne, flanquée d'Hermione.
-Maman, on a quelque chose à te dire. Jeanne se fera toujours avoir. Que voulez-vous, elle est trop bonne et elle se figure encore à son âge que tout le monde est comme elle.
-Quoi donc ma fille ?
-Ben voilà, avec l'arrivée de Jacques, tu crois pas qu'on est de nouveau surtassés dans cette maison ? Surtout que j'ai entendu Galatée lui parler des prénoms de leurs futurs enfants...
-Que veux-tu, c'est de leur âge, quoi de plus adorable qu'un petit bébé ?
Décidément, elle la cherche la trique pour se faire battre
-Je sais que tu as toujours aimé les enfants maman, (où elle est allée pêcher ça ?) alors-voilà, j'ai pensé, NOUS avons pensé, hein Hermione ? Si tu voulais bien nous donner notre part de l'héritage de papa, on pourrait s'installer dans une maison pas trop loin, comme ça je pourrais continuer à voir Jean-Pierre de temps en temps.

sans_titre510

JE l'AURAIS PARIE !  Elle lui refait le même coup qu'avec Hermès. Dis non, Jeanne, laisse lui son môme, Jean-Pierre Dubagne, je le digère pas et tu le connais le genre des rejetons de Romuald, c'est calamity-baby. Mais non, croyez vous, elle va gentiment le mettre au lit.
-Ah, tu veux me laisser le petit ? Tu es sûre qu'il ne va pas te manquer ?
Sûre et archi-sûre, c'est couru d'avance. Mais vous pensez bien qu'elle l'avouera jamais que d'avoir un gamin dans les pattes ça la gênerait pour courir les mecs
-Tu penses bien que oui (ce qu'il faut pas entendre !) mais si je le fais, c'est pour le challenge de papa.
Ouais, elle est un peu grosse la ficelle, et les deux filles, elles comptent pour du beurre ? Elle pouvait bien l'emmener son rejeton au lieu de débaucher Hermione, la descendance était déjà assurée de son côté. Mais Jeanne, des fois, ça naïveté frise la niaiserie.
-Tu es trop gentille Séphora, papa serait fier de toi.
GRRRrrrr !!!!