sans_titre1211

On s'habitue à tout, même à vivre les uns sur les autres.
Le départ d'Aleph et de sa famille, avait laissé comme un grand vide. Et si Mahlaut mettait ses menaces à exécution... Il y eut un conseil de famille, que je me suis bien gardé de troubler, mais que j'aurais pas voulu louper.Tout le monde, s'accordait à dire que, maintenant qu'il y en avait, sa place était à la maison. Elle jubilait et leur tenait la dragée haute, comme le susucre au chien-chien
-Ah, vous me trouvez encore bien bonne, et pas que pour mes "quelques" amis. Mais si je reste...
-Oh, oui, reste, reste !
-"SI" je reste, a souligné Mahlaut, ce sera à "MES" conditions.
Ils se sont tous regardés en jouant les tortues, la tête dans les épaules. C'était quoi, cette nouvelle lubie ? De quelles conditions parlait-elle ? Enfin, quand je dis tous, pas Zaniath
-Comment ça, "TES" conditions ? Depuis quand c'est toi qui commandes ? Si tu restes, c'est pour le challenge, comme nous tous. Est-ce qu'on en pose des conditions, nous ?
-C'est à prendre ou à laisser, a coupé Mahlaut en se drapant dans sa dignité comme d'autres dans leur serviette de bain.
-Bon, a soupiré Ephraïm, tu nous les poses tes conditions. On ne peut pas juger sans savoir, et il lança à Zaniath un regard sévère.
-D'abord, Si je reste...
-Si tu restes ???
-"SI" je reste, et je dis bien "si"
Moi, je commençais à bouillir. Hé, tu vas nous faire poireauter encore longtemps ? Tu nous le craches le morceau, oui ! Voyant que tout le monde était suspendu à ses lèvres, elle lâcha enfin
-Il faudra que Jacques emménage.

sans_titre1311

Faut dire qu'elle était en position de force. Elle venait d'être nommée star de la cuisine à son tour, donc les amis de la famille, elle n'en avait plus besoin. Comme une star qui se respecte se doit d'avoir belle apparence, elle avait troqué son jean et son tee-shirt contre une robe... Une robe... enfin, moi je trouve que sa robe, elle tenait de la montgolfière.
Et puis, elle s'était offert des lunettes. Mais ça, ça n'avait rien à voir avec le fait d'être une star. Elle s'était usé les yeux à force de fixer l'écran de son PC, car, à son tour, elle avait entrepris d'écrire le roman-fleuve de notre histoire. Mais moi, je vous conseille pas de l'acheter "Max, mon pépé" comme elle a eu le toupet de l'appeler. En fait c'est "sa" version de l'histoire.
Tenez, je vous laisse juge...

sans_titre1411

Toute ma vie, je l'ai vécue à l'ombre de Zaniath, Aleph, Ephraïm, et même ce bon à rien de Mizar. Tous, ils ont voulu faire, comme s'ils étaient les seuls descendants de Max Dubagne. Ils savaient pourtant que mon père était le préféré de Max. Mais la pire, c'était Zaniath. Ah, elle savait ce qu'elle faisait en voulant être la première à donner le jour au descendant de la 5ème génération.
Depuis, il n'y en a eu que pour "eux". Eux, les enfants de Kalliste et les petits-enfants de Séphora, la branche pourrie de la famille. Se sont-ils assez moqués de moi, de mes rondeurs et de ma difficulté à avoir des meilleurs amis.Comment aurai-je pu entretenir les relations que je me flatte d'avoir nouées, quand le téléphone ne cessait de sonner pour rappeler Zaniath à l'ordre.
Mais aujourd'hui, après toutes ces années de gloriole, elle a enfin baissé sa garde. Le champ est libre, et moi, Mahlaut, je vais enfin pouvoir jouer, le rôle qui aurait dû me revenir.

sans_titre1511

...C'est encore à cause de Zaniath que pour ne pas mourir idiote, je suis devenue la maîtresse, de l'abominable Lionel Fleury. Elle avait mis dans son lit tous les hommes valables du quartier. Et moi, je n'avais pas le choix. "Pense au challenge, pense au challenge !" C'était tout ce qu'ils trouvaient à dire si j'osais me plaindre et protester.
Pourtant, il y a un homme que Zaniath n'avait pas touché : Mon Jacques Sim.
A-t-elle eu quelques scrupules à passer après sa mère ? La connaissant, ça m'étonnerait. Non, moi je penserais plutôt, qu'elle avait la trouille au ventre qu'Ephraïm lui en veuille à mort. Toujours est-il qu'en refusant de tomber dans ses filets, il est devenu mon héros.
Quand j'avais à peine trente ans, (grand Dieu, que le temps passe vite), il a refusé mes avances, en raison de notre différence d'âge. Mais aujourd'hui, j'en ai 46, et nous venons de nous fiancer dans le plus grand secret. Je dois avouer, qu'il m'a fallu ruser un peu pour le convaincre. Je lui ai fait valoir qu'à nos âges, nous ne pouvions plus espérer avoir d'enfants, et que si nous ne voulions pas mourir dans l'indifférence générale, nous ne serions pas trop de deux pour nous soutenir dans la vieillesse.
Mais sitôt qu'il eût accepté, je suis allée m'enfiler une grande rasade d'elixir de longue vie et sa rincette.
Je n'avais pas dit mon dernier, mot.

sans_titre1611


Ils n'ont pas eu le choix, quand je leur ai mis le marché en mains : c'est Jacques et moi, ou bien je pars.
Ce que j'ai pu m'amuser, à voir leurs visages consternés. Mais ils ont dû courber l'échine. Maintenant, la maîtresse, c'est moi. Mon grand-père serait fier de moi.
Quand Jacques est enfin arrivé, avec sa maigre valise, le reste du comité d'accueil de la famille aurait bien voulu lui faire peur. Ils avaient dépêché Sirius, ce gamin très mal élevé qui fait un fantôme potable, uniquement parce que pépé veille.
Mais, sur un simple froncement de sourcils de ma part, il faut voir comme ils se sont pressés de lui assurer qu'ils étaient très heureux de le recevoir au sein de notre grande famille, et qu'il ne devait pas prêter attention à ce regrettable incident.

roland32 Quelques jours après son arrivée, j'ai dû annoncer à mon Jacques, qu'il allait devenir papa. Je redoutais sa réaction. Mais, j'avais tort. Avec son aspiration à la famille, même s'il ne l'avait pas souhaité, cet enfant, il ne pouvait pas le renier.
-C'est bien tard pour être papa. Mais, tu ne m'avais pas dit que tu avais eu ton retour d'âge ?
-Je me suis trompée d'une journée. A 45 ans, il est rare qu'on ait des enfants, mais ce sont des choses qui arrivent. Tu ne m'en veux pas ?
-Puisque le mal est fait... autant le prendre du bon côté. Mais je t'avoue que si j'avais su...
J'ai réussi à le convaincre, que ce ne serait pas un enfant de "vieux" comme il disait.
-Il vivra avec ses cousines, il y a encore de la jeunesse dans cette maison.
-Tu as peut-être raison, Mahlaut. Espérons qu'il nous restera assez de temps pour bien l'élever.
C'est grand-père qui doit être content.

sans_titre1711

Content, content... ça c'est vite dit. Elle a beau dire la Mahlaut, ça sera bien un enfant de vieux. Et les enfants de vieux, je sais ce que ça donne. Ils leurs passent tous leurs caprices, sous prétexte que c'est le petit dernier, et ça donne des gosses infects. Enfin, c'est toujours pas moi qui en subirai les conséquences.
Et puis, vous avez vu l'allure de Mahlaut enceinte ? On dirait qu'elle en porte trois !  Trois gosses de vieux dans la baraque, pour le coup ce serait la cata.
Mais je suis pas mécontent quand même, des fois qu'elle nous donnerait un gars. D'ici qu'il grandisse le gamin, y en a qu'auront plié bagages, et il pourra toujours trouver une NPC à épouser. SI c'est un gars !  Parce que pour ce qui est des filles, les deux qu'on a m'auraient suffit.

sans_titre1811

Tiens, voyez ma petite Sélène. Elle est entrée dans les affaires, et il n'a pas fallu bien longtemps à son patron pour qu'il en fasse son bras droit. Elle est assistante de direction, et comme à l'école c'est une lumière (comme tous les Dubagne, notez bien) tout le monde crie au petit génie.

sans_titre1911

Il faut reconnaître que je suis gâté avec mes arrière-arrière petites-filles. Elles passent le plus clair de leur temps le nez dans les livres à étudier, ou bien elles s'occupent gentiment à augmenter leurs compétences en usant de toutes les récompenses qu'on a stockées à la maison.
Sélène, a pris une bonne longueur d'avance grâce aux points qu'elle a soutirés à Emilie, mais Luzz ne se laisse pas abattre. C'est une battante, une qui-n'en-veut.

0a111

Et on a eu une bonne surprise. Vous me direz, c'est pas trot tôt. Je me demandais bien quel NPC pourrait faire le bonheur de Sélène. Côté musée Grévin des horreurs, on avait encore le choix : Romuald, qui livre des pizzas à vie. Un ex petit ami de Zaniath ou Stéphane va-savoir-comment, le livreur d'épicerie. Elle méritait pas mieux que ça, ma Sélène ?
Et puis, on a eu les cafards ! 
Au lieu de la fille, aux yeux de singe et à la bouche coordonnée, qui répondait au téléphone, on a vu débarquer, un petit jeune homme, tout beau tout frais. Un pas usé ! 
Bien sûr, la beauté de Sélène ne l'a pas laissé indifférent. Il a quoi ? Deux ans de plus qu'elle ? Je lui donne pas plus de 18 ans. Et rien qu'à regarder Sélène, la façon dont elle lui parlait, les petites manières qu'elle faisait... Je suis pas tombé de la dernière pluie !

0a121

Luzz s'est mise à écrire son journal. J'aimerais bien avoir les yeux en trous de serrure pour savoir ce qu'elle lui raconte.
Nan, je l'ai pas lu, et vous me croirez si vous voulez, mais j'arrive pas à lire en elle. C'est le grand mystère des aliens. Faut le décodeur pour y arriver. Et le décodeur, ils vous l'implantent dans la soucoupe, comme ils ont fait avec Ephraïm.
Alors, je résiste... mais c'est dur. Je m'en suis toujours un peu voulu d'avoir lu celui de Galatée. C'est vrai, les filles ont leurs secrets, on n'a pas le droit de les leur voler. Pas comme ça ! Y a qu'à laisser venir, ce serait bien le diable...

0a131

Ah, ça me démange, ça me démange ! Je sais pas si je résisterai longtemps.
Pourquoi elle a l'air si contente ?
Elle prend des poses devant le miroir,
-Comment tu me trouves Sélène ? Tu crois que je devrais mettre cette robe ? J'ai bien fouillé dans les affaires, mais c'est ce que j'ai trouvé de mieux.Tu trouves qu'elle me va ? SELENE !!!  Tu me réponds, oui ? C'est hyper important pour moi.
Sélène, lève un oeil par dessus le livre de cuisine qu'elle est en train d'apprendre par coeur.
-Mais oui, elle est bien, t'en fais pas. C'est quand même pas l'affaire du siècle !  Et d'ailleurs, t'auras tout le temps d'y penser demain matin. Je vais me coucher, et un conseil, tu ferais bien d'en faire autant.

0a14

-Non, pas moi !  a répliqué, j'ai autre chose à faire ce soir.
Sélène n'en croit pas ses oreilles
-Quoi ? Qu'est-ce que tu comptes faire ? T'as quand même pas l'intention de sortir à cette heure là ?
-Si je te le dis, tu le répèteras pas ?
-SI !
-Que t'es bête !  J'ai un rencard avec Remy, il devrait pas tarder à arriver d'ailleurs.
-Toi, Luzz !  Tu veux faire le mur ? T'as pas peur que la police t'attrape ? Tu sais bien qu'il y a couvre-feu pour les mineurs, passé minuit.

0a15

-Si, j'ai un peu peur... Mais, Sélène, ce que c'est excitant, aussi ! Tu le répèteras pas à papa, hein ? Jure-moi que tu le répètera pas !  Je suis trop contente, je suis trop contente !
-Je vois pas ce qui te rend si contente, mais, c'est promis, je dirai rien. Seulement, si la police te ramène, tu vas prendre un de ces savons ! Tu l'auras pas volé, ma petite.
-Tant pis pour le savon, je prends le risque !  Woooah, j'ai hâte d'être à une heure !  J'ai hâte, j'ai hâte !  Si tu savais...
Sélène lui a conseillé de mettre sa joie en sourdine
-Si tu continues à t'exciter, tu vas mettre la puce à l'oreille de tout le monde, je t'avertis. Bon, ne fais pas de bêtise surtout, je m'arrangerai pour que personne ne se rende compte de ton absence.
-T'es cool Sélène !  Quelle heure il est ? Une heure moins dix, IL VA VENIIIIIR !Il doit passer me prendre en voiture.
-En voiture ? Mais... il a pas le permis !
-Je sais, mais il conduit quand même ! Tiens, j'entends la voiture, j'y vais !  Tu diras rien, hein ?!

0a16

Non, mais... fallait la retenir !  A quoi elle pense Sélène ? Il a pas de permis, mais il conduit quand même ...
Et s'ils avaient un accident ? Ahhhh, ça ne me plaît pas du tout cette affaire.
Tiens d'ailleurs, Sélène n'a pas la conscience tranquille. Elle n'arrive pas à dormir, elle fait les cent pas dans la maison en attendant le retour de Luzz.

Enfin, la voilà !  Pas trop tôt. OUF !  On nous l'a pas ramenée dans la fourgonnette aux microbes.
-Luzz, je me suis fait un de ces mourrons !  Ca c'est bien passé ta soirée ?
-C'était... C'était hyper géant !  Tu veux que je te raconte ?
-Oui, mais pas là, viens dans la chambre, si jamais les autres t'entendaient...

0a17

-Hé-bien, Rémy avait emprunté la voiture de son patron.
-Il lui avait donné les clefs ? Il est inconscient ou quoi ?
-Pfeuh, mais non !  Il était même pas au courant, qu'est ce tu crois ?
-Mais LUZZ !!  Est-ce que tu te rends compte ? Pas de permis, une voiture volée...
-Pas volée, em-prun-tée !  On lui a rendue, sa voiture !
-ON ? Tu vois, tu parles comme une complice
-Rhaaa, Sélène, puisqu'on est rentrés !  On l'a remise au garage, il s'en apercevra même pas.
On est allé chez des townies qui donnaient une rave-party, on s'est super bien amusés.
Et Rémy m'a donné rendez-vous pour demain soir.
-LUZZ !!!  Tu vas pas recommencer !!!  En tous cas, ne compte pas sur moi pour te couvrir, cette fois. Je me suis fait trop de mauvais sang.
-Ce que tu peux être rabat-joie !
-Je suis lucide moi !  Méfie-toi !  Tu as eu de la chance ce soir, mais ça ne sera pas toujours le cas.
-Pffft, ce que t'es trouillarde, ma pauvre vieille !  Bon, allez, assez parlé, moi je vais me coucher. Bonne nuit, Sélène, fais de beaux rêves !
-Toi, aussi Luzz, mais ne pense pas trop à ce Rémy, ce n'est pas un garçon pour toi.
-C'est ce que tu dis !   

0a18

Mais c'est qu'elle a raison Sélène, c'est quoi ce garçon ?
Oooooh, il va falloir que je la surveille de près la petite Luzz. S'agit pas qu'elle fasse des bêtises. Pas de permis, une voiture volée, une rave-party, mais où va-t-on ? Je vous le demande.
Et puis moi aussi, mine de rien, je me suis fait un tas de mourron. Et si elle ne revenait pas ? Et si elle avait un accident ?
Ils se rendent pas compte, les jeunes, des angoisses qu'ils nous infligent.
On était là comme deux nigauds, les yeux rivés sur la pendule, à décompter toutes les minutes, le souffle court, la peur au ventre.
Et elle, elle rentre comme une fleur : Assez parlé, moi je vais me coucher !
Et après ça, ils iront se plaindre qu'ils ont pas assez de liberté.
Pour ce qu'ils en font !